Théâtre Mansart / CROUS BFC

MurMUR


> LUI : Il est son bourreau. Son maître. Sa surprise. Son mari et amant. Son cadeau empoisonné ELLE : Elle est sa chose. Sa petite douceur. Sa petite lueur. Sa jolie victime.

Elle est enfermée dans un cadre défini par des ampoules, sorte de cage lumineuse. Animée par l’espoir d’une sortie, d’une fuite, elle essaie de survivre aux tortures de son bourreau. Elle va renoncer à essayer de comprendre comment elle peut s’en sortir. Elle et le spectateur vont perdre la notion du temps et de l’espace. Il va et vient. Il s’amuse. Il est comme un gosse qui joue à martyriser son chat, comme un chat qui s’amuse avec une souris. Il aime la surprendre, lui faire des cadeaux. Il est ambiguïté, il nous fait rire et nous dégoûte. Quelque part, il y a une voix, qui ne parle qu’à elle, qui lui fait espérer qu’il existe une sortie. L’espoir est le troisième personnage. MUR MUR n’a pas vocation à faire passer un message ou à donner une leçon de vie. MUR MUR n’a pas été conçu dans un but provocateur même s’il remue les émotions. MUR MUR est violent, drôle et absurde. Il est le reflet déformé par le miroir clownesque de l’humain, oscillant entre dominé(e) et dominant(e).

Interprété par : Elisabeth Andres et Pascal Roubaud Dramaturgie et mise en scène : Nicolas Dewynter (aka Gédéon).

Spectacle programmé par l’Association Artémis Dijon, qui s’engage depuis 2015 dans la lutte contre les violences conjugales faites aux femmes en accompagnant les victimes sur la voie de l’expression et du partage.

En partenariat avec l'association Artemis [facebook]

+ d'informations et réservations Théâtre Mansart

à theatre-mansart@crous-bfc.fr et 03 80 63 00 00

photo © DR